jeudi 3 août 2017

La servante écarlate (Margaret Atwood)

Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l'Ordre a été restauré. L'Etat, avec le soutien de sa milice d'Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d'un Evangile revisité. Dans cette société régie par l'oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L'une d'elle raconte son quotidien de douleur, d'angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d'une vie révolue, d'un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom. 

Un livre glaçant dans un univers effrayant tant il est froid, sans saveur. 

Les femmes en sont réduites à plus grand chose, l'individu en lui-même n'est plus qu'une illusion.

Une société totalitaire, aux mains de fanatiques où plus personne n'a le choix de sa vie, de liberté de penser, de raison d'espérer ou de se réjouir.

Un roman original, bien écrit, qui pousse à la réflexion.

Petit bémol quant au rythme lent, très lent et à une fin qui nous laisse sur notre faim.


Note : 4/5





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire