lundi 8 octobre 2018

Roma Aeterna (Robert Silverberg)



Et si l'Empire romain n'avait jamais disparu ? Voici l'histoire parallèle d'un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui n'a jamais cessé d'exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, ne serait-ce que parce que les Juifs n'ont jamais réussi à quitter l'Egypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l'Empereur élimine un prophète d'Arabie avant qu'il ait eu le temps de fonder l'islam. La technologie évolue plus lentement que dans notre continuum. Vers l'an 2650 A.U.C. (Ab Urbe Condita : depuis la fondation de la Ville), qui correspond à la fin de notre XIXe siècle, le téléphone existe et l'automobile fait son apparition. Une uchronie saisissante par un des grands maîtres de la science-fiction. 

535 pages



Je viens de terminer Roma Aeterna ce jour, et pour moi c'est une découverte de l'écriture de Robert Silverberg. L'occasion m'en a été donné par la lecture commune que Fifrildi a ouverte sur le forum Babelio.

Le livre est sorti en 2003 et est composé d'une dizaine de courtes histoires, réparties sur 1500 ans de ce qu'aurait pu être l'empire et la pax romana si…. Moïse n'avait pas traversé la mer Rouge.

Une uchronie donc où un tas d’événements ont pris un chemin différent.

Même un certain Mahmud est assassiné avant d'avoir pu créer une autre religion monothéiste

Au fil des nouvelles, on côtoie différents personnages auxquels j'ai plus ou moins accroché.

Mes nouvelles préférées sont :

1282 AUC : Avec César dans les Bas-Fonds : une fort instructive excursion au sein des bas fonds de Rome. Et aussi comme quoi, il ne faut surtout pas se fier aux apparences.
1861 AUC : La deuxième vague : et si les peaux-rouges ou amérindiens de Roma nova n'avaient pas été colonisés.
2568 AUC : Le règne de la Terreur : un coup d'état qui ravage tout sur son chemin
2603 AUC : Via Roma : j'assimilerais bien cette nouvelle à notre révolution de 1789 ou même à la révolution Russe avec toutes leurs exactions.


On assiste donc à des coups d'état, des schismes, des manœuvres et jeux de dupes au sein du pouvoir. Le but des élites de Rome est de continuer à asseoir la puissance et à étendre les frontières de l'Empire souvent pour leurs intérêts propres. Rien de bien nouveau en ce bas monde.

Je ne peux pas dire que j'ai été emballée par l'ensemble des nouvelles, c'est bien écrit mais un peu longuet dans les descriptions. J'aime bien par contre les interactions avec les différents personnages. La difficulté étant de retenir tous les noms des intervenants, les noms en latin n'ayant jamais été mon fort ^^

En général je suis fan des uchronies, voyages dans le temps, pour le thème particulier de l'Histoire transformée, et j'aurais préféré assisté à une histoire bien définie et non répartie sur un millénaire.

Coup d'essai à renouveler pour Silverberg, à vous lire il aurait d'autres romans plus accrocheurs.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire