mercredi 11 mai 2022

Des ombres sur la pierre (Claire Michaud-Destriau)

 





Une boîte en fer pleine de cassettes audio, chacune portant un numéro. Quelles confidences ces vieilles bandes magnétiques ont-elles pu recueillir ?


Tess a onze ans lorsqu’elle perd ses parents et sa sœur dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Douze ans plus tard, elle se résout à retourner dans le village ariégeois de son enfance et pousse, chancelante, la porte de la maison familiale, dans laquelle le temps semble s’être arrêté. Que cachent les murs de cette ancienne bergerie ?

Au gré de ses recherches et de quelques rencontres, le voile se lève progressivement sur les fantômes et les rivalités insoupçonnées du passé. Un monde d’adultes plein de secrets, telles des ombres sur les pierres de sa reconstruction.

Sortie le 14 avril 2022





Ayet en Ariège en pleines Pyrénées orientales, un petit bourg, une famille en week-end qui reprend la route . Une dispute, puis l’accident. De ce drame, seule Tess fillette de onze ans survit à ses parents et à sa sœur aînée.
C’est une enfance en manque d’affection et de parentèle aimante qui l’attend. Arrivée à l’âge adulte, la jeune femme qui se sent mal dans sa peau d’être une survivante, revient sur les lieux de son enfance heureuse et insouciante.

Mais l’enfance ne connaît pas les adultes, leurs secrets, leurs choix. C’est tout un monde inconnu qui va se révéler à ses recherches. Et il n’est pas toujours bon de remuer le passé, il peut se révéler aussi pesant que l’ignorance. Les ombres sont sur les pierres.

Roman original, la narratrice, l’auteure construit une histoire à travers des cassettes retrouvées par hasard dans un vide-greniers. Elle va s’immerger dans l’histoire de Tess et nous livre un roman sur la difficulté de faire le deuil de l’enfance, des chers disparus, de ce qu’ils étaient vraiment. L’enfance est innocente et insouciante et ne se rend pas compte des drames qui se joue à côté d’elle.

Une chronique familiale qui retrace bien cette douleur, et ce mal-vivre des survivants. On le ressent à chaque page. De plus l’auteure nous emmène à la découverte de cette belle région d’Ariège, de ses paysages, de sa faune, de ses senteurs. Tout cela fait ressurgir les souvenirs de la jeune Tess, car souvent enfant ce sont des sensations, des odeurs, des lieux qui ramènent les souvenirs.

Belle écriture, fluide et immersive, par moment poétique.

Merci aux Éditions de Borée de m’avoir fait découvrir cette auteure.

1 commentaire: