jeudi 16 janvier 2020

Sa Majesté des chats (Werber Bernard)



« Un jour, vous les humains, vous comprendrez que nous les chats devons prendre votre place. Alors moi, Bastet, je serai votre Reine. »

Suite de "Demain les chats".
Vous y retrouverez la chatte Bastet, le siamois Pythagore, la servante humaine Nathalie, le chaton Angelo...
Vous y découvrirez: une montgolfière bricolée pour transporter des chats, des batailles épiques, un Sphinx sans poils, des porcs intelligents, des chiens alliés, un perroquet bavard, l'empereur des rats dévastateur Tamerlan, et une belle histoire d'amour....


L'an dernier, j'avais découvert avec un avis mitigé le premier opus de cette nouvelle histoire soit "Demain les chats".
Aimant beaucoup cet auteur, je me suis décidée à lire "Sa Majesté des chats".
Tout d'abord, sachez que j'ai davantage apprécié ce second tome.
On y retrouve Bastet, la narratrice, cette chatte altière, prétentieuse, arrogante, méprisante, fière, sûre d'elle mais également courageuse, n'hésitant pas à prendre des initiatives quitte à en reporter la faute sur quelqu'un d'autre si celles-ci s'avèrent malheureuses.
Son ambition n'est autre que de prendre la place des humains dans ce nouveau monde post apocalyptique et d'y régner comme "Sa Majesté des Chats"
Dans ce récit, La mission de Bastet est de sécuriser un endroit dans Paris leur permettant de vivre à l'abri des rats, dirigé par le cruel rat Tamerlan et qui souhaite lui aussi dominer le monde.
Nous assistons donc à toute une série d'aventures invraisemblables, irréalistes... mais c'est ce qui, pour moi, fait le charme des livres de Bernard Werber.
J'ai également apprécié l'utilisation des extraits du volume 12 de l'ESRA (Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu)
J'adore son style d'écriture et son imagination sans limite. J'y ai trouvé des moments amusants, agaçants, mais tout compte fait, contrairement à ce que j'ai pensé après la lecture des 50 premières pages, je ne me suis pas lassée et ai passé un agréable moment.
Il semblerait qu'un troisième tome suivra...

Et demain, tout ira bien (Marie Lerouge)



Zoé, vingt-cinq ans, gagne sa vie en rédigeant des horoscopes fantaisistes et optimistes auxquels elle aimerait croire. Si seulement elle rencontrait enfin le grand amour ! Si seulement le cœur d’Hugo, son meilleur ami, n’était pas en train de le lâcher ! Pour tromper son angoisse à l’idée de perdre celui qui est aussi son boss, Zoé s’adonne à sa passion de la lecture, se promène dans les rues de Paris et brûle des cierges devant la statue de sainte Rita, la patronne des causes désespérées. Sa rencontre avec un certain Angelo devant les boîtes d’un bouquiniste va bouleverser son quotidien trop bien réglé. Poussée par Hugo, Zoé se laisse embarquer à Barcelone sur les traces du mystérieux Italien qui s’ingénie à lui échapper. Ce voyage initiatique lui permettra-t-il de voir clair dans ses sentiments et d’accepter le bonheur quand il frappe à la porte ?


J'ai découvert ce livre par hasard. La couverture m'a attirée, je ne connaissais pas cette auteure.
Bonne pioche! j'ai passé un très agréable moment, rempli d'émotions. J'ai même eu ma petite larme à un moment de l'histoire.
Le personnage de Zoé est très attachant. Elle est rigolote, romantique, rêveuse, douce, fidèle, forte et elle aime lire. Elle aimerait rencontrer le grand amour. 
Hugo est lui aussi très attachant, d'une autre manière. Il est gravement malade, ne se plaint jamais même s'il sait que si les médecins ne lui trouve pas un coeur très rapidement, il va mourir. Il a pris sous son aile son amie Zoé. 
Lors d'une promenade sur les quais de seine, elle fait la connaissance d'un bel inconnu. Elle accepte de boire un verre en sa compagnie, le trouvant charmant et à son goût malgré quelques détails agaçants. Malgré sa promesse, celui-ci ne la rappellera pas. Déçue et se confiant à Hugo, celui-ci va la pousser à retrouver cet individu et tenter sa chance. Pour ce faire, elle ira jusqu'à Barcelone.
L'auteure va à ce moment de l'histoire nous faire découvrir cette magnifique ville à travers les quartiers qu'elle nous décrira d'une merveilleuse façon.
Lors de ce séjour, où son bel inconnu va s'ingénier à lui poser des "lapins", Zoé va beaucoup s'interroger sur elle, sur sa vie, ses envies...
Ce récit m'a beaucoup ému. Outre le côté romantique, j'ai été touché par le thème de la maladie et du don d'organe.
Je note bien le nom Marie Lerouge en espérant avoir l'opportunité de découvrir d'autres de ses romans


dimanche 12 janvier 2020

La trilogie de L'enjomineur (Bordage Pierre)


TOME 1 - 1792



Vendée, 1792. Entre les aristocrates réfractaires à la marche de la Révolution et le peuple révolté par la Constitution civile du clergé, les tensions s'exacerbent. C'est dans ce climat électrique qu'Emile, que l'on dit né d'une fée et élevé par un prêtre progressiste, s'est fait embaucher comme saisonnier. A Nantes, Cornuaud tente de renouer avec les milieux du crime organisé, dont la fréquentation l'avait envoyé deux ans plus tôt par-delà les mers. Les temps ont bien changé, et les malfrats d'hier sont devenus les fervents serviteurs d'une Révolution qui a besoin d'hommes comme lui : prêts à tout. Mais Cornuaud, pour prix d'un viol qu'il a commis sur le négrier qui l'employait, s'est fait enjominer par une sorcière noire...



Avec l'Enjomineur, Bordage se lance dans de la fantasy historique au temps de la Révolution française. On assiste à la montée en puissance de la Terreur en 1792 aussi bien en Vendée (terre natale de l'auteur) et Paris : lieu de pouvoir. On sent la fracture entre les deux mondes, l'ancien le nouveau, la monarchie la révolution. Les rancunes, les misères des uns qui n'en peuvent plus de la suprématie des autres poussent le peuple à se révolter avec tous les excès que ça suppose dans les deux parties. Car tout n'est ni blanc ni noir. Chacun cherche à tirer profit des situations, soit pour régler ses comptes, soit pour s'enrichir.

Au milieu de tout cela, il y a Émile, jeune homme attachant, élevé par un prêtre progressiste. On le dit fils de fée, mais il est surtout élevé par ce prêtre à réfléchir par lui même, à lire, à écrire, à raisonner. Il ne veut pas prendre vraiment position entre les deux factions les trouvant aussi extrêmes l'une que l'autre. Il est pour l'égalité entre tous et dans l'humanisme. Mais en lui couve une colère qu'il ne contrôle pas toujours.

De l'autre côté il y a Cornuaud dit Belzébuth de son ancien nom de truand. Né dans le Pays de Retz, bandit, négrier, enjominé par une sorcière vaudou lors de ses périples sanglants. Il incarne le mal, mais on se prend à avoir de la compassion pour lui, car il cherche à se débarrasser de ce qui l'envahit mais retombe sans arrêt dans le noir. Ce qui n'empêche qu'il s'en sort toujours à chaque fois de justesse, roman oblige, plus de méchants plus d'histoire.

Et parmi tout ce beau monde pas joli joli, il y a Perette, jeune fille élevée par Bequette, la guérisseuse. Perette, c'est la beauté, la bonté et l'amour pour Émile. La petite lumière qui éclaire ce monde en furie.

Vivement la suite...

Merci à Nadou pour notre lecture commune, l'amour de l'histoire et de la fantasy nous a réuni autour de cette trilogie que nous ne tarderons pas à continuer pour notre plus grand plaisir.



TOME 2 - 1793


Au plus fort de la Terreur, Émile fuit la Vendée qui l'a vu naître, mais qui aujourd'hui le rejette pour avoir failli dans sa quête. Cependant, la fée Mélusine lui a fait un bien étrange cadeau : une dague qui tue quiconque chercherait à se l'approprier. Cornuaud, lui, est toujours habité par la sorcière noire qui l'a enjominé et qui l'incite à commettre des crimes de plus en plus horribles. Pire, à sa sortie de prison, il devient un agent de la Révolution et peut désormais agir en toute impunité. Tandis que, dans l'ombre, la secte de Mithra, sous l'égide du Père des pères, tire des ficelles de plus en plus tranchantes... 




Et nous voilà reparti avec Nadou, dans ce deuxième tome de l'Enjomineur, à la suite d’Émile et Cornuaud pris dans les tourments de la Révolution française. Nous sommes en 1793.

Après sa rencontre avec la fée Mélusine, Émile se retrouve perdu, sans ressources à fuir la Vendée et à vouloir rejoindre Paris où semble vouloir le mener le cheval fantastique que la fée a mis à sa disposition. Ce périple lui fera rencontrer de nombreuses personnes amicales, d'autres bien moins, qui lui feront prendre conscience qu'il ne faut pas faire confiance à tout un chacun. Sa dague s'anime dès qu'il s'approche du mal...

On se retrouve dans ce second tome à suivre Cornuaud toujours enjominé par la sorcière Vaudou qui lui fait commettre de plus en plus d'atrocités. Des geôles de la Conciergerie aux bas-fond de Paris, Pierre Bordage nous décrit cette période affreuse en nous faisant pénétrer dans les lieux les plus putrides et infectes de la capitale. On ressent la peur, l'insécurité perpétuelle d'être dénoncé même pour des choses inexistantes. Il faut dire que « La Veuve » coupe beaucoup de tête en cette époque. La Terreur est entrain de naître à travers le pays.
Tous les grands partis révolutionnaires que ce soit Girondins, Jacobins, etc.. se cherchent et s'éliminent au fur et à mesure. Toutes les grandes figures de la Révolution sont mentionnées à travers les grands événements de cette triste période où le pays fut à feu et à sang.
C'est surtout à travers Cornuaud que l'on ressent tout cela. Après un passage à la Conciergerie où il est enfermé pour crimes, il est recruté par le comité de sûreté nationale qui fait souvent appel à d'anciens criminels pour leurs basses besognes.
Émile et lui vont se trouver confrontés l'un à l'autre. Le bien contre le mal ? Il faudra lire le troisième tome pour en savoir plus.
Toujours autant de plaisir à plonger dans l'Histoire même si elle est mâtinée de fantastique. Bordage a le chic pour décrire la réalité la plus sordide, on s'y croit, on ressent les émotions de nos héros ainsi que de la population. C'est imagé et réaliste. Pour l'instant je dirais que c'est ma trilogie préférée de cet auteur.

Tome 3 - 1794




A la toute fin de l'année 1793, alors que la Terreur fait rage, les voiles qui entouraient le mystère de la naissance d'Emile vont enfin se lever, lui révélant le rôle qu'il est appelé à jouer dans les rangs de la secte de Mithra. Cornuaud, lui, n'en finit plus de retourner sa veste : tantôt volontaire de la Nation, tantôt du côté des insurgés, il sert invariablement ceux qui font couler le sang, car ainsi en a décidé la sorcière qui l'a " enjominé ". Ses pas lui feront traverser Nantes et la Vendée en flammes, où l'idéal de la Révolution s'est perdu dans une guerre civile meurtrière...



Et voilà nous arrivons au plus fort de la Terreur dans notre pays de France. Les différentes factions conventionnelles se font la guéguerre, la corruption est partout et qui trinquent dans tout cela : le peuple.

Émile découvre qui il y est et à quoi il est destiné. Mais les filles de la lune sont toujours là pour l’aider ainsi que le petit peuple de la nature. Il goûte à l’haoma qui lui révèle le passé, les pouvoirs et le but de la secte de Mithra. Un long travail de sape a été entrepris pour arriver à l’avènement du Taureau. Tous les milieux sont infiltrés et le Père des pères tire toutes les ficelles. Émile sera-t-il convaincu du bien fondé de cette secte ou va-t-il la combattre ?

Cornuaud quant à lui, cherche son chemin entre les patauds (révolutionnaires) et les armées vendéennes. Il combat d’un côté et de l’autre, il cherche sa place. C’est un personnage fort, très charismatique qui domine je trouve au niveau des héros de l’histoire. La sorcière vaudou vit dans son corps, ils sont un seul corps un seul esprit. Chacun apprend de l’autre.

Pauvre région, nous connaissons tous les exactions de la révolution mais vraiment ce que cette région a subi est franchement horrible dans la politique de la terre brûlée instaurée par les conventionnels de Paris pour mâter la révolte. C’est un véritable massacre organisé. Le marais, le bocage vendéen se révolte contre toutes les troupes envoyées et le mal rôde à chaque coin de bocage et dans les villes de l’ouest. Nantes sous la coupe de Carrier baigne dans le sang et la Loire devient le linceul de milliers de pauvres gens.

Bordage avec ce livre nous immerge vraiment dans la politique parisienne des milices de tous bords, où le malandrin devient le policier et l’innocent se fait guillotiner. Il nous raconte aussi l’histoire et le destin de milliers de Vendéens. L’histoire de la Vendée, sa région natale ne peut que lui être familière.

C’est une immersion totale dans un monde de violence et d’outrance. Dure époque !!!

En tout cas les aventures d’Émile et de Cornuaud nous amène à distinguer le mal, le bien, le pourquoi de la cruauté de certains hommes. La souffrance et le mépris font les tueurs du jour mais la rédemption n’est pas loin à celui qui la veut vraiment.

Coup de cœur pour cette trilogie lue en compagnie de Nadou, un grand merci à elle pour nos échanges fort agréables autour de son beau pays de Vendée.



La sagesse des mythes – La naissance des dieux (Luc Ferry)



Au commencement, il n y avait que Chaos.

Issus du néant primordial, Gaïa, la terre, et Ouranos, le ciel, donnèrent naissance aux premiers êtres de la création. Des monstres d'une violence sans borne qui se soulevèrent contre leurs parents poussés par leur cadet, le plus dangereux des titans : Cronos. C'est pour éviter sa fureur que son fils Zeus fut élevé en secret de ce père capable de dévorer ses propres enfants. C'est pour établir la paix et l'harmonie dans l'univers qu'il se mit en guerre contre lui et permit le règne des Olympiens...
Comment Zeus et les autres dieux de l'Olympe sont-ils nés et ont-ils pris le contrôle du monde ? C est ce que ce nouvel album de la collection « La Sagesse des mythes » raconte en revenant aux origines de la création selon la mythologie grecque.


J’avais envie d’en connaître un peu plus sur la naissance des dieux de l’Olympe et en passant dans les rayons Bd, l’idée m’est venue de prendre ce volume.

J’étais attirée par le sujet en lui-même et en plus avec notre challenge historique je l’ai trouvé très approprié pour ce mois ci.

L’aperçu de la mythologie est très synthétique, on voit bien la chronologie des dieux par filiation, Gaïa, Ouranos, Cronos, etc. l’arrivée de Zeus en haut de l’Olympe et la distribution des rôles dans le panthéon grec. Ce qui m’a le plus déçue c’est le dessin que je n’ai pas du tout aimé, c’est haché pas harmonieux du tout, les personnages ont l’air torturé et pris de folie à de nombreux moments. Et comme je suis très sensible à cet élément, ça m’a gâché un peu mon plaisir. Par contre je sais à quoi m’en tenir à présent sur les principaux occupants de l’Olympe et du Tartare.

A voir sur d’autres genres de support BD !!!


Livres lus en 2019 (Mariejo)

MA PAL 2019

Thriller/Policiers : 

Goddard, Robert – Le retour (528 pages)
Grangé, Jean-Christophe - Miserere (640 pages)
Hénaff, Sophie -  Poulets grillés (352 pages)
Huertas, Hubert - La boulangère du diable (234 pages) 
Lefèvre, Maëlle - Jiazoku (352 pages) lc nov/déc
Lepetit, Sébastien - Il y aura du sang sur la neige (280 pages)
Lövestam, Sara - Chacun sa vérité (302 pages)*
Schittly Richard - La guerre des stups (280 pages) 
Perry, Anne - Le manoir d'Alderney (338 pages)
Takian, Niko - Avalanche Hôtel (270 pages)

Historique :

Boniface, Pascal - La Géopolitique (200 pages)
Del Socorro, Jean-Laurent- Royaume de vent et de colères (281 pages)
Doherty, Paul C. - Mathilde de Westminster - T01 - Le calice des esprits (352 pages)
Hearn, Liam – La maison de l'arbre joueur (608 pages)boule de neige sept/oct (abandon)
Kay, Guy Gavriel - Les lions d'Al-Rassan (583 pages)
Kiner, Aline – La nuit des béguines (329 pages)

Lark, Sarah :
 L'île aux milles sources (464 pages)
- Le pays du nuage blanc (800 pages)

Lepers, Stéphanie - L'impératrice Joséphine plus qu'une reine (75 pages) MC

Pesnot, Patrick - La révolte des humiliés (343 pages) (SP)*
Saylor, Steven - 
 Du sang sur Rome (381 pages) 
- L'étreinte de Némésis (432 pages) 

Smith, Tom Rob – Enfant 44 (544 pages)boule de neige juin/juillet 
Vincenot, Alain - Algérie les oubliés du 19 mars 1962 (348 pages)(SP)
Vosseler, Nicole - Le ciel de Darjeeling (427 pages)

Fantastique, fantasy : 

Armentrout, Jennifer L. - 6 tomes Covenant

Bordage, Pierre :
- Arkane T2 La résurrection
- L'enjomineur - 1792 (tome 1)
- L'enjomineur - 1793 (tome 2)

Guinot, Valérie 

- Azilis - T1 - L'épée de la liberté 
- Azilis - T2 - La nuit de l'enchanteur

Meyer, Marissa - Les chroniques lunaires (T03 Cress)

Vance, Jack
- Bifrost HS Les univers de Jack Vance (168 pages)
- Un monde d'azur (288 pages)
- Le livre d'or de la science-fiction de Jack Vance

Science-Fiction et Steampunk : 

Dick, Philipp K :
- Docteur futur (221 pages) 
- Ubik(288 pages) 

Siverberg, Robert :
- Le long chemin du retour (348 pages)
- Le livre des crânes (352 pages)
La Face des eaux (508 pages)

Taylor, Jodi : Les chroniques de Sainte-Mary 
- Tome 1 – Un monde après l'autre (350 pages)* 
- Tome 2 – D'échos en échos (332 pages)* 

Walton, Jo – Une demi-couronne (432 pages)

Littérature francophone

Dusapin, Elisa Shua - Les billes du Pachinko (144 pages)
Lefebvre Jérémie - L'italienne qui ne voulait pas fêter Noël (MC)(258 pages)
Métézeau, Frédéric - Vieux renards et jeunes loups (417 pages)MC
Myoux, Philippe - Le journal de Lucas (212 pages)
Perrin, Valérie - Changer l'eau des fleurs (672 pages)
Renier, Paul - Neige de Mai (265 pages)*
Schmidt, Diane - L'autre chambre (105 pages)
Tordelli, Audrey - Gainsbourg sur le divan (142 pages)(SP)

Littérature étrangère
Denison, Hannah - Petits meurtres en héritage (lc juin/juil)
Haran, Elisabeth – Étoiles dans le ciel du sud (lc)(484 pages)
McKinley, Tamara - La route de Savannah Winds (395 pages) 
McKinley, Tamara - Quand on ne peut oublier (384 pages)SP
Sepulveda, Luis - La mouette et le chat qui lui apprit à voler (126 pages)
Sternberg, Emma - Un coin d'azur pour deux * (368 pages)

Bandes-dessinées et romans graphiques : 

- Betbeder, Gonzalbo, Babonneau - Mémoires d'un paysan bas-breton - Tome 1
Filippi, Denis-Pierre - Jacques Cartier - A la poursuite d'Hochelaga
- Lyfoung, Patricia - La rose écarlate (3 tomes)
Martin, Jacques - Alix
- T1 - Alix l'intrépide
- T25 - C'était à Khorsabad
Richemond, France - La Rose et la Croix (5 tomes)
Takeda, Kazuyoshi- Peleliu - Guernica of Paradise 

Grands classiques :

Lampedusa, Giuseppe Tomasi di – Le Guépard (384 pages) 

mardi 31 décembre 2019

BILAN 2019 ***Kynicky***

Et voici l'heure du bilan 2019
Il est moins bon que l'an dernier avec 21 livres de moins et 3134 pages de moins
Ce qui veut dire que j'ai lu davantage de "pavés" mais tout de même moins que 2018
donc ce bilan est :
81 LIVRES - 34728 PAGES

De très beaux livres et de nouveaux auteurs (es)
dont Sarah Lark, Harlan Coben (eh oui, découvert seulement cette année et déjà fan), Vincent Hauyy,entres autres
etd'autres, des valeurs sûres pour moi comme EE Schmitt, Carène Ponté, Clarisse Sabard, Agnès Ledig ou encore Agnès Martin-Lugand... et j'en oublie!!
Très peu de déception, de toute façon, avec les livres qu'il y a à découvrir, je ne m'embarrasse plus et abandonne très vite ce qui ne me convient pas!


 Livres lus en Janvier 2019
* "Ainsi battent les coeurs amoureux " de Lily Haime 480p
* "un ami pour "noël " de Clémence Lucas 242p
* "Le bonheur en cinq lettres" de Pascale Perrier 200p
* "L'homme qui voyait à travers les visages" d'E.E. Schmitt 384p
* "La mémoire d'une autre " de Mélanie Rose 400p
* "Défaillances " de B.A Paris 400p
* "Derrière les portes" de B.A Paris 352p

Livres lus en Février 2019
*"La vraie vie" de Adeline Dieudonné 165p
*"L'été où ma vie a changé" Alyson Noël 225p
*"Six ans déjà" de Harlan Coben 368p
*"Covenant, T4 Appollyon" de Jennifer L'Armentrout 448p
*"Dieu n'habite pas la Havane" de Yasmina Khadra 312p
*"Retour à Cedar Cove, T0 de Debbie Macomber 14p
*"Retour à Cedar Cove, T1 de Debbie Macomber 349p
*"Retour à Cedar Cove, T2 de Debbie Macomber 413p
*"Retour à Cedar Cove, T3 de Debbie Macomber 352p
*"Coeur de verre" de Suzanne Roy 416p
*"La toute dernière fois de Laure Manel 170p
*"Le tricycle rouge" de Vincent Hauuy 512p

Livres lus en Mars 2019
*international Guy- Tome 1 - Paris de Audrey Carlan 180p
* Fear To Love - Françoise Gosselin 276p
* Une douce nuit d'été d'Angelique Fejean 284p
* Aux livres exquis de Fanny Vandermeersch  192p
* Une dernière danse de Victoria Hislop 624p
* L/'opération Flamme pourpre de Hervé Darques 601p
* les 7 soeurs"Maia" de Lucinda Riley 624p
* Une évidence d'Agnès Martin-Lugand 380p

Livres lus en Avril 2019 
* Les 7 soeurs 'Soeur de tempête" de Lucinda Riley 609p
* Les gratitudes de Delphine de Vigan 192p
* Les 7 soeurs "La soeur de l'ombre" de Lucinda Riley 784p
* Les 7 soeurs "La soeur à la Perle Cécé" de Lucinda Riley 752p
* Les 7 soeurs "La soeur de lune" de Lucinda Riley 704p
* Le grand secret de René Barjavel 384p
* Le choix de Céline de Valéry Hardiquest 184p
* Les billes de Pachinko de Elisa Shua Dusapin 144p
* D'abord, ils onteffacé notre nom, un Rohinga parle de Sophie Ansel 240p

Livres lus en Mai 2019 
* Une lueur d'espoir de KA Tucker 450p
* Mes mots sont les fleurs de ton silence de Martin Page 224p
* Et tu entendras le bruit de l'eau de Sophie Jomain 378p
* Cléo & SamdeHelen Brown 384p
* Cupidon a desailesen carton de Raphaelle Giordano 408p
* Entre deux mondes de Olivier Norek 413p
* Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi 360p)

Livres lus en Juin 2019 
* Alaska wild de KA Tucker 478p
*La caverne des anciens de Lobsang Rampa 308p
*La promesse de l'ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabesos 640p
* Où tu iras, j'irai de Jojo Moyes 734p
*Ghost in Love de Marc Levy 360p
*Loyautés de Delphine De Vigan 208p

Livres lus en Juillet 2019 
*Covenant, T5, Sentinelle de Jenifer L'Armentrout 416p
*Les rives de la terre lointaine de Sarah Lark 720p
*A l'ombre de l'arbre Kauri de Sarah Lark 744p
*Les larmes de la princesse Maorie de Sarah Lark 656p
*Le pays du nuage blanc de Sarah Lark 800p

Livres lus en Août 2019 
*Le chant des esprits de Sarah Lark 800p
*La porte bleue de Gene Madit 300p
*Le chant de la terre de Sarah Lark 800p
*Tout ce qui nous répare de Lori Nelson Spielman 456p
*L'aube sera grandiose d'Anne-Laure Bondoux 304p

Livres lus en Septembre 2019 
*Pavel Episode 1 Plus vivant que toutes les Pornstars de Simard Matthieu 37p
*Filles de la mer de Mary Lynn Bracht 432p
*Toutes blessent, la dernière tue de Karine Giebel 744p
*La vie rêvée des chaussettes orphelines de Marie Vareille 400p
*Il suffit parfois d'un zeste de folie de Nina Kelly 300p
*Copier n'est pas jouer de Frédérique Molay 345p
*Salina de Laurent Gaudé 160p

Livres lus en Octobre 2019 
*13 minutes de Sarah Pinborough 448p, 
*Journal d'un vampire en pyjama 324p
*La parole perdue de Frédéric Lenoir et Violette Cabesos 696p
*Charley Davidson - T1 - 1ère tombesur la droite de Darynda Jones 432p
*Petite de Sarah Gysler 184p
*Ceux qui voulaient voir la mère de Clarisse Sabard 317p

Livres lus en Novembre 2019 
*Je deteste tellement t'aimer de Anna Premoli (456p)
*Frost de Hazakielle Syl (312p)
*Une vie plus belle que mes rêves de Marylise Trécourt (244p)
*Trente trois fois mon amour de Nicolas Barreau (295p)
*L'oracle della Luna de Frédéric Lenoir (728p)

Livres lus en Décembre 2019 
*Un amour de chat de Melinda Metz (240p)
*Amazing christmas de Ludivine Delaune (136p)
* Vousfaites quoi pour Noël de Carène Ponte (302p)
* Tu fais quoi pour Noël : je t'évite de juliette Bonté (342p)

mardi 24 décembre 2019

La révolte des humiliés (Patrick Pesnot)



Les illusions perdues de 1848 - 1847, au mitan du XIX siècle. Petitjean, un jeune provincial, débarque à Paris après avoir fui la répression qui sévit à Buzançais, près de Châteauroux, où les paysans, en proie à la famine, se sont révoltés. Arrivé dans la capitale, Petitjean se lie avec de jeunes gens, ardents militants républicains. Auprès d'eux, il devient l'un des acteurs du soulèvement de février 1848, qui s'achèvera par la déposition du roi Louis-Philippe et la proclamation de la II République. Mais la désillusion ne tarde guère : la fraternité entre bourgeois et prolétaires vole en éclat dès les premières semaines d'existence du gouvernement républicain. Même le petit groupe d'amis de Petitjean n'y résistera pas. Au fil des semaines, les affrontements politiques sont de plus en plus intenses. Et si l'amour s'en mêle, Petitjean ne perd pas de vue ses convictions révolutionnaires... Au détour de quelques grandes figures (réelles), tels que Lamartine, Blanqui, Blanc, Cavaignac ou Louis-Napoléon Bonaparte, Petitjean nous convoque dans un Paris plongé dans l'effervescence d'une révolution qui s'achèvera dans le sang et la forfaiture.


André, surnommé PetitJean est un jeune provincial éduqué et avide de lectures que lui prête son ancien instituteur. Ce dernier lui a appris à réfléchir et à débattre des grands enjeux du siècle. Recherché par les autorités après les premières révoltes en 1847 dans sa région, il trouve refuge à Paris. La capitale où souvent tout se passe et se décide. Il sera aux premières loges pour assister à tous les grands mouvements sociaux du moment.

La révolution française de février 1848 est la troisième révolution française après 1789 et 1830, Louis-Philippe le dernier roi des français abdique et un gouvernement provisoire est mis en place. Bataille d’opinions, de personnalités, de classes. Le peuple se sent floué par la bourgeoisie qui veut garder ses privilèges et ses biens. Mais la misère est là, le chômage, la faim, les heures de travail à rallonge. Un grand espoir se lève après cette révolution. Bien vite Petitjean assistera et vivra le désenchantement du peuple d’en bas qui espérait travail et meilleure vie. Avec ses amis étudiants, journalistes révolutionnaires il participera à tous les grands événements, barricades dans la capitale.

Où l’on voit le drapeau tricolore s’opposer au drapeau rouge.

Où l’on côtoie les grands hommes de l’époque : Blanqui, Lamartine, Blanc, Louis Napoléon Bonaparte qui prépare le terrain de son empire.

Où l’on voit l’attitude de certains généraux et politiques qui n’hésitent pas à faire tirer sur la foule désarmée. Une époque violente, rude qui se terminera en juillet 1848 dans la furie, la folie et un bain de sang : 5700 morts de tous bords.

Les histoires d’amour de PetitJean apportent un peu de douceur à ce livre ; entre Lisette et Suzanne son cœur balance mais lorsque le destin est en marche rien ne peut l’arrêter.

Mais c’est surtout au déroulement de l’année 1848 que l’on assiste : l’avènement de la IIème république, la création des Ateliers nationaux qui donnent du travail aux chômeurs, tout en restant dans l’exploitation de l’homme. Les débats d’idées, d’idéologie, d’intérêts surtout. Très intéressant, bien écrit et très explicite.

J’ai découvert un pan de notre histoire que je ne connaissais pas, on en apprend tous les jours. 1789 fut notre première révolution mais combien d’émeutes, de révoltes et de révolution ont émaillées notre histoire.

J’ai beaucoup apprécié La révolte des humiliés, à sa lecture on s’y voit, on s’y croit.

Merci à Mylène et aux éditions l’Archipel pour cette découverte.

vendredi 20 décembre 2019

Le livre d’or de la science-fiction (Jacques Chambon, Jack Vance)




Le livre d’or de la science-fiction de Jack Vance est un recueil de sept nouvelles du même auteur. Il a été publié en octobre 1980 en France.
Rassemblées par Jacques Chambon, ces nouvelles sont parues entre 1951 et 1977.

Dans le cadre d’une lecture commune sur Babelio avec le challenge Vance/Dick je me lance à la lecture de ce recueil de nouvelles.

La première (Maître de la galaxie – Brain of the Galaxy ou The New Prime 1951) ne m’emballe pas plus que ça, l’histoire est une succession de mises en situation de personnages différents, la fin nous explique tout.

La deuxième (Personnes déplacées 1953) est fort percutante sur un sujet toujours d’actualité. Le format de cette nouvelle, une somme d’articles de presse donne un rythme haletant et fort dérangeant de ce que l’homme se voile la face et ne fait pas face à ses responsabilités. Une de mes préférées.

Quand se lèvent les cinq lunes (When the Five Moons Rise 1954) nous ramène aux fantasmes et peurs de l’homme qui se retrouve dans une situation de solitude dans un milieu hostile. Une lecture que j’ai faite en pleine tempête d’hiver, avec le vent et la pluie qui battaient aux fenêtres, situation bien sûre nullement identique, mais j’ai toujours admiré ses hommes, gardiens de phare qui ont affrontés ce genre de situation dans des conditions fort difficiles. On peut comprendre que l’esprit peut se créer ce contexte fantasmagorique.

Le Papillon de Lune (The Moon Moth, 1961) est une nouvelle que j’ai beaucoup aimée sur un monde bigarré, policé, imbu de ses castes que ça en donne un aspect très hétéroclite. J'imaginais bien tous ces personnages avec leurs masques sur le visage. Un petit tour au carnaval de Venise. Et puis l'utilisation d'un langage musical par la population pour exprimer tous les évènements de la vie courante ainsi que des émotions très variées, j'ai trouvé cela très original. Tout en nuance.
En plus une petite intrigue policière, découvrir un méchant. Le héros finalement est un petit malin… Une nouvelle exotique que j’ai bien aimée.

Le Dernier Château (The Last Castle, 1966)
J’ai trouvé que la mise en place était très longue pour une nouvelle, avec une présentation d’une multitude de personnages , en grande partie des gentilshommes tous bien nés et imbus de leur caste qui considère que tout ce qui se trouve autour d’eux ne peut-être qu’à leur service, pas étonnant que les Meks ce soient révoltés. Beaucoup de personnages pour une intrigue trépidante surtout quand certains de ses héros commencent à se bouger.

Alice et la cité (Assault on a City ou The Insufferable Red-headed Daughter of Commander Tynott, O.T.E., 1974)
Ou quand une jeune fille habituée à être libre, sûre d’elle, bien dans sa peau, se trouve de passage sur une planète, tout à l’opposé de ce qu’elle connaît. Une nouvelle sur l’opposition des urbains et des découvreurs habitués à se débrouiller par eux mêmes. Je dirais qu’Alice est une Fifi Frindacier qui aurait grandit...genre à se sortir d’affaire en toutes circonstances. ;-) En tout cas une jeune fille pleine de ressources.

Le Tour de Freitzke (Freitzke's Turn, 1977)
La dernière nouvelle de ce recueil, est un polar Sf où l’on retrouve Miro Hetzel sorte de détective inter-galactique qui résout une affaire pour le moins particulière. A l’occasion il nous fait visiter différents groupes ethniques et spatiaux. 

En somme un recueil que j’ai lu à petits pas, je ne suis pas une grande fan du format nouvelles, mais celui-ci m’a permis d’avoir une palette ouverte des talents de Jack Vance, certaines m’ont bien accrochées d’autres moins.
Je préfère le format roman où l’on peut vraiment s’immerger dans le monde et les situations des héros. La trilogie de Lyonesse reste à mon programme pour l’année prochaine.

mercredi 11 décembre 2019

Les chats Peaud'roues (Stéphanie Dunand-Pallaz, Sophie Turrel)


Il était une fois deux chatons fous de vitesse, deux as du volant, qui roulaient sans cesse. Ils enchaînaient les courses, en quête de prouesses. On nommait chats Peaud´Roues ces deux minets express. Les chats Peaud´roues ont gagné presque toutes les courses, comme les vingt-quatre heures du Mou. Seul un trophée manque à leur palmarès : celui de la Speedy Cat Cup. Pour l´occasion, ces deux mécaniciens et pilotes hors pair mettent au point un super méga turbo de compétition. Et quand le départ de la course est donné, en dépit d´adversaires chevronnés comme le chat Milton´ ou les Cat-Apultes, ils sont très bien placés, juste derrière le chat Lumeau, impressionnant premier. Mais à vouloir gagner à tout prix, ce dernier prend un raccourci interdit et finit dans un lac. Que feront les chats Peaud´roue maintenant que la victoire leur tend les bras ? Cet album rappelle à tous, petits et grands, que tricher peut souvent mal tourner et surtout, que l'important n´est pas toujours de gagner.



Un vrai plaisir de retrouver les petits chats dans un nouvel album.

Sophie Turrel n'a pas perdu la patte pour ses dessins.
J'adore les textes de Stéphanie Dunand-Pallaz qui sont rythmés et en rimes.

Un album amusant pour les enfants qui aiment aiment la vitesse (et tous les autres).

Une histoire qui comporte toujours une petite morale. Rien ne sert de se presser...

Merci aux éditions Balivernes pour ce service presse. 



lundi 9 décembre 2019

Le roi radin (Marlène Verglas, Cédric Janvier)

Ce matin, l'âne s'est levé à l'aube et chemine en direction du village sur les sentiers endormis. Chemin faisant, il rencontre la poule : « Où vas-tu, l'âne ? ». « Je vais faire des courses pour le roi radin. » répond-il. La poule pense que seul un âne bâté peut accepter une telle corvée sur ces chemins difficiles et comme elle veut aussi aller au village, elle lui demande de monter sur son dos contre deux oeufs frais. Ils rencontreront ensuite le canard, le cochon et le lapin qui rejoindront tous la poule sur le dos de l'âne. Mais arrivés près du village, ils seront bien surpris par l'âne qui n'est pas si bête qu'ils le pensaient... Un conte où les animaux pensant profiter de l'âne se rendront compte qu'ils avaient bien mal jugé celui-ci. Il aura fait preuve non seulement de bonté, mais aussi d'astuce et de modestie tout en montrant aux animaux un peu paresseux qu'il n'hésitait pas à fournir des efforts, même si sa position pouvait lui offrir luxe et confort...

Un album pour lequel j'ai flashé par ses couleurs et son design. 

J'ai adoré ces dessins qui m'ont rappelé un patchwork de couture. Pour l'oeil c'était déjà acquis. 

Une histoire rigolote qui se passe aux dépens de l'âne dont chacun profite de la force et de la gentillesse.

Ca caquette, ça déblatère, ça se gausse. Mais au final, n'est pas celui qu'on pensait le plus bête. 

J'adore cette idée de la vie où celui qui est pris pour un bêta se retrouve en fait plus malin que les autres.

Un bon message à faire passer.

Merci aux éditions Balivernes pour ce service presse que j'ai adoré.