lundi 12 juin 2017

Stephanie Plum, 15 Retour à la quinze départ (Janet Evanovich)

À la veille d'un concours de sauce barbecue, Stanley Chipotle, célèbre cuisinier de la télévision, est assassiné à coups de hachoir dans un quartier louche de Trenton, sous les yeux de Lula. Qui de mieux que Stéphanie Plum pour se lancer sur la piste des tueurs avant que Lula ne se retrouve à son tour dans leurs filets ? 
Pendant ce temps, alors que sa relation avec Morelli est au plus bas, pour une histoire de beurre de cacahuètes, Stéphanie doit prêter main-forte à Ranger pour enquêter sur un cambrioleur infiltré chez Rangeman et bien décidé à mettre l'entreprise à sac... 
La célèbre chasseuse de primes saura-t-elle à la fois traquer des tueurs, un traître, participer à un concours de sauce barbecue et résister aux charmes de Ranger ? 

Une série que j'adore. C'est loufoque et très amusant.

Stephanie Plum n'en manque pas une et est vraiment une piètre chasseuse de primes. 

Encore une fois, la voici sur le coup. Dans ce tome-ci, on ne compte même plus les voitures incendiées ou autres explosions d'appartements. Sans compter que son amie Lula s'est inscrite à un concours de cuisine et que celle-ci est autant une catastrophe culinaire que Stephanie. 

Totalement délirant, avec toujours de beaux gosses.

Conquise dès le premier tome.


Note : 4.5/5

jeudi 8 juin 2017

La fille du roi des elfes (Lord Dunsanny)

Parce que les sujets de son père veulent plus de magie dans leur royaume, le prince Alvéric entreprend de traverser la forêt enchantée afin d'y enlever la fille du roi des Elfes, Lirazel. Après avoir défait les chevaliers qui défendent la demeure de celle-ci, Alvéric séduit la jeune elfe et l'emmène jusqu'au royaume d'Erl, où naîtra Orion, le fruit de leurs amours. Furieux du départ de sa fille et surtout du fait que ce départ était volontaire, le roi des Elfes envoie à Lirazel un troll porteur d'un message magique. Immédiatement, la jeune princesse est ramenée auprès de son père. Inconsolable, Alvéric part à sa recherche, en quête de la forêt enchantée... qui a disparu. Et, pendant ce temps, Orion découvre le monde. 
La Fille du roi des Elfes fait partie des chefs-d'œuvre intemporels de la fantasy, au même titre qu'Alice au pays des merveilles, Le Seigneur des anneaux ou Peter Pan. Ce roman est ici réédité dans une nouvelle traduction intégrale.

256 pages


Dernièrement je me suis inscrite à un MOOC sur la fantasy, et bien entendu ma PAL a fait un bond considérable. 
Me voici donc partie à la découverte de Lord Dunsanny (Edward Moreton Drax PLUNKETT (1878-1957), plus connu sous son titre de Lord DUNSANY) à travers « La fille du roi des elfes » conte fantastique préfigurant la fantasy en y associant à la fois la notion de conte merveilleux et de fantasy épique.
Ce roman fut écrit en 1924 par Lord Dunsanny et il est considéré comme un des premiers romans de fantasy. 
Pour ma part, j'ai pris grand plaisir à découvrir ce genre de conte merveilleux, qui préfigure les personnages de la fantasy, le roi des elfes, les licornes, les trolls etc. Ainsi que la description du monde enchanté du roi des elfes.
Lord Dunsanny emploi un schéma narratif, très peu de dialogues, en cela on retrouve le conte, mais je trouve qu'il y a un charme à cette prose fleurie et contemplative, pleine de descriptions de l'élément animal et végétal de la nature des deux bords, réel et pays féerique.
Un conte que j'ai beaucoup apprécié et aussi belle découverte d'un auteur qui influença aussi bien J.R.R. Tolkien que HP Lovecraft par son expression littéraire et fantastique. 


Note : 4.5/5

Toi, moi, les éléphants et Dark Vador (Eve Borelli)


En ce moment, la vie de Lisie c’est le gros, gros, GROS bazar. Version animale. Car le zoo où elle travaille fait face à une invasion de spécimens tout à fait nouveaux, qui n’ont rien à envier aux locataires habituels...

Théophile-le-cochon : le fils du propriétaire du zoo est une vermine ventripotente. Depuis qu’il a repris la direction en l’absence de son père hospitalisé, Théophile a décidé de pourrir la vie de Lisie en lui confiant des tâches toutes plus désagréables les unes que les autres. De Responsable de la communication, la voilà désormais promue à Ramasseuse de crottes d’éléphants, pile au moment où elle devait mettre à exécution son plan pour relancer l’activité du zoo...

Lucas-le-paon : après une rencontre fracassante dans l’enclos des éléphants, voilà que Lisie est en charge de faire visiter le zoo à cet arrogant – et irritant – animal, mandaté pour rédiger un article. Un animal terriblement bavard mais aussi très, très séduisant... 
Entre un paon tout à fait charmant mais agaçant, un cochon aux intentions très douteuses et le zoo qui part à vau-l’eau, Lisie pourrait bien devenir chèvre ! 
Une romance à 100 à l’heure où humour rime avec amour ! 

239 pages





Une bonne partie de plaisir et de bonne humeur ! Une histoire un peu cliché mais le ton est tellement agréable qu'on l'oublie. J'ai passé un très agréable moment avec cette histoire déridée et d'une écriture toute simple mais efficace. Je lirai certainement d'autres livres de cette auteure 



Note : 4/5
Une romance farfelue et très amusante. 
C'est frais, léger, distrayant.
Des personnages sympathiques et attachants, beaucoup d'humour, des répliques qui font mouche.
Un vrai roman feel good qui met du soleil.


Note : 4.5/5

Groloulou et Ptibiquet (Christophe Pernaudet, Sébastien Chebret)

Ce matin, Groloulou se lève et il a très faim. C'est alors qu'il croise sur son chemin Ptibiquet. Et c'est ainsi que commence une folle course entre un Groloulou affamé et un Ptitbiquet qui n'a pas du tout envie de se faire manger... 

Un album qui a fait mouche avec les petits de Né pour lire.

J'avoue que j'aime beaucoup cette série. Groloulou me plaît énormément.

Une course poursuite entre Groloulou affamé et Ptibiquet effrayé qui se termine en apothéose. 

Fabuleusement drôle ! 


Note : 4.5/5

mercredi 7 juin 2017

Le loup en slip (Lupano, Itoïz, Cauuet)

Le loup terrorise la forêt et ses habitants qui vivent continuellement dans la peur de se faire croquer les fesses. Jusqu'au jour où le loup descend dans la forêt... Méconnaissable ! Le loup ne fait plus peur du tout, il n'a plus le regard fou ni les poils dressés ! Mais comment vivre sans la peur, quand la peur est devenue l'unique moteur ?

Un album qui donne à réfléchir sur ce qui nous fait avancer, nous motive.

Un sujet drôlement bien amené et qui porte à réflexion.

Le grand méchant loup qui illustre parfaitement toute les peurs se présente en slip et un mythe s'effondre. 

La peur est-elle un bon moteur ? Et si la peur n'est plus là, comment continuer ?

Un album intelligent et plein d'humour. Les illustrations sont rigolotes et pleines de petits détails qu'on prend plaisir à étudier. 

Petit bonus, cet album un spin off de la série BD (excellente !) Les vieux fourneaux car "Le loup en slip" n'est autre que le nom du théâtre de marionnettes présenté dans la série. 


Note : 4.5/5

Croc-croc ne veut pas partager ! (Carolina Rabei)

Croc-Croc le cochon d'Inde adore manger et possède une grande réserve de nourriture qu'il pourrait tout à fait partager avec une petite souris affamée. Alors pourquoi Croc-Croc refuse-t-il ? N'était-ce pas l'occasion de se faire une amie ? Croc-Croc s'inquiète ensuite pour la souris. Peut-être est-elle en train de mourir de faim ! Pour la première fois, il sort de sa cage, et part à la recherche de Gruyère... Parviendra-t-il à la trouver ? Que va-t-il donc découvrir ?

Croc-Croc est un gros gourmand qui n'aime pas partager. Lorsque Gruyère (quel nom adorable pour une souris c.f. mes origines) la souris lui demande de partager sa nourriture avec lui, il oppose directement son veto, met les pieds au mur. 
Puis s'en vient la réflexion et il se rend compte qu'il aurait pu agir différemment.

Un chouette album qui appelle à la réflexion sur le partage et l'amitié.


Note : 4/5

La vengeance des mères (Jim Fergus)

1875. Dans le but de favoriser l'intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart " recrutées " de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. 
Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l'armée, refusent de rejoindre la " civilisation ". Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie. 
Avec cette aventure passionnante d'un petit groupe de femmes prises au milieu des guerres indiennes, Jim Fergus nous donne enfin la suite de Mille femmes blanches. Le miracle se produit à nouveau et cette épopée fabuleusement romanesque, véritable chant d'amour à la culture indienne et à la féminité, procure un incommensurable plaisir de lecture. 

464 pages

Une très belle suite au premier tome "Mille femmes blanches". 

De l'émotion, de l'action, de la violence mais avant tout l'histoire de ces femmes qui n'ont plus rien à perdre et que les "blancs" ont mis au rebut. Elles viennent de tous les milieux, prisons, prostituées, et autres. Mais ce qu'on ne leur dit pas c'est qu'elles sont vouées au massacre en même temps que le peuple indien. 

J'ai vraiment beaucoup aimé ce deuxième volet assez émouvant concernant une période mal connue de l'Amérique.

Note : 4/5

vendredi 2 juin 2017

Spectacle : Nous (Marc Donnet-Monay, Yann Lambiel)



J'ai eu la chance d'assister au spectacle de Marc Donnet-Monay et Yann Lambiel qui a eu lieu à Chamoson dans la petite salle intimiste de L'Espace Johannis.

Etant donné que je suis fan de l'humour de Marc Donnet-Monay qui se produit régulièrement dans les Dicodeurs, je m'attendais à du gratiné et j'ai été servie. Ne connaissant pas Yann Lambiel 

On peut rire de tout et là je me suis laissée emmenée par le bout des zygomatiques durant 1h30. 

Religion, politique, enfants, ados, le monde en général, la société, dispute entre amis... 
Les sujets étaient variés mais traités en finesse et cet humour pince sans rire. Pas de lourdeur, juste de l'humour. 

1h30 de pur plaisir à voir 2 artistes complices (qui parfois ont perdu leur texte - ça amène une autre dynamique - et se sont chambrés sur scène). Un spectacle de qualité. J'ai adoré !


Note : 5/5

jeudi 1 juin 2017

La guerre des Lulus, 4 1917, La déchirure (Régis Hautière, Hardoc)


1917
La guerre s'éternise. Le blocus naval mis en place par l'Angleterre, pour empêcher le ravitaillement des puissances centrales, provoque une pénurie alimentaire dans toutes les zones controlées par l'armée allemande. Dans cette Europe meurtrie, le périple des Lulus se poursuit. Malgré leur optimisme naturel, ils commencent à désespérer de revoir un jour l'abbé et les copains de l'orphelinat. Et, s'ils restent soudés dans l'adversité, des lézardes apparaissent dans leur belle amitié.
Leur route, semée d'embuches, leur réserves toutefois de belles surprises et c'est d'un pas décidé qu'ils partent à la recontre d'un pays qui leur est inconnu et de ses droles d'habitants...



Une BD qui retrace l’existence de Lucien, Luigi, Ludwig et Lucas. 

4 “Lulus” orphelins qui vivent dans une abbaye, avec d’autres enfants sans parents. Et puis la guerre arrive aux portes de l’orphelinat. Dans la précipitation du départ, nos 4 Lulus se retrouvent abandonnés à eux-mêmes. C’est alors qu’ils rencontrent Luce, une jeune belge qui s’est perdue durant l’exil de ses parents. 

5 enfants innocents avec leur ignorance sur le monde qui les entoure et qui devront faire face à la réalité de la guerre.

Leur rencontre avec un soldat allemand blessé (Hans) va changer leur vie qui s’organise tout doucement dans leur cabane à l’abri de la forêt. Le temps passe, les évènements aussi (anniversaire, poux, maladie), leur amitié se consolide. Un lien solide les unit pour faire face aux difficultés de leur vie précaire.

Hans va leur apprendre à trouver leur nourriture dans la forêt, à poser des collet, chasser, fumer la viande pour la conserver. Puis vint le temps où il s’en ira pour retrouver sa famille en Allemagne. Une rencontre inattendue va faire prendre conscience de la violence des hommes à nos 5 Lulus et ils vont devoir fuir leur refuge. Une longue route les attend, à pied dans le froid. Au gré des rencontres, bonnes comme mauvaises ou encore surprenantes, ils continuent leur errance afin de de réaliser leur serment : retrouver les parents de Luce.

Leur route va les emmener en Allemagne, en Belgique. Un périple peuplé de dangers, d’aventures et d’adieux. 

Les réflexions des enfants sont très amusantes et correspondent bien à leurs âges : la guerre éclate mais ils se soucient que les allemands ne prennent pas toutes les confitures; ils ont peur des loups, ours, ogres, sorcières, araignées géantes ou monstres qui pourraient se cacher dans la forêt. Tout est une aventure. Mais la réalité est là et n’est jamais rose.

J’ai beaucoup aimé les illustrations et l’atmosphère de cette BD.

Coup de coeur. 


Note : 5/5

La guerre des Lulus, 3 1916, Le tas de briques (Régis Hautière, Hardoc)


Encore une année qui passe.quand on n'a pas encore atteint l'âge adulte, une année c'est presque une vie. Orphelins laissés à leur propre destin dans un monde entré en guerre, les Lulus poursuivent leur chemin de survie. Avec la mort de Hans, leur monde a basculé brutalement dans la réalité de cette guerre qu'ils évitaient si bien. S'enfonçant dans la forêt, ils découvrent une cabane qui se présente comme un nouveau signe d'espoir...


Mon avis complet est publié sur le tome 4 de cette série.