mardi 19 janvier 2021

Apprendre si par bonheur (Becky Chambers)


 


"Nous n'avons rien trouvé que vous pourrez vendre. Nous n'avons rien trouvé d'utile. Nous n'avons trouvé aucune planète qu'on puisse coloniser facilement ou sans dilemme moral, si c'est un but important. Nous n'avons rien satisfait que la curiosité, rien gagné que du savoir." Un groupe de quatre astronautes partis explorer des planètes susceptibles d'abriter la vie : hommes et femmes, trans, asexuels, fragiles, déterminés, ouverts et humains, ils représentent la Terre dans sa complexité.



L’année dernière avec le challenge multi auteures sfff, j’avais lu quelques critiques très positives sur le propos de « Apprendre si par bonheur » de Becky Chambers ; comme de bien entendu, ni une ni deux, direct ma Pal. ;-)
Et bien m’en à pris.

Je suis plus fantasy, fantastique un peu moins science-fiction, moderne du moins, depuis de nombreuses années les auteurs on tendance à ne voir que du post-apocalyptique. Ma préférence étant celle des années 70/80 avec l’exploration spatiale. Cela m’enthousiasmait beaucoup plus. La découverte de nouvelles planètes, la recherche de l’inconnu, de nouvelles formes de vie. J’adorais imaginer qu’un jour nous pourrions évoluer vers d’autres horizons. Il faut le dire j’étais fan de Star Trek, Cosmos 99 et autres !!! envie d’évasion terrestre sans doute..

Avec cette novella, on retrouve le questionnement de la conquête de l’espace, non pas pour la domination, l’exploitation mais pour la découverte, la recherche d’organismes, de savoir, de connaissances.

Quatre astronautes à bord d’un module super-sophistiqué partent pour une mission de longue durée. Il est prévu qu’ils reviennent sur terre mais après de nombreuses années car ils voyageront dans une sorte de stase qui modérera leur vieillissement. Leurs parents, leur famille ne seront plus là à leur retour, mais ils reviendront riches de leurs découvertes. Là est leur mission programmée par le GAO, organisation de recherche spatiale..
Mais comme beaucoup d’événements dans la vie, les choses ne se passent pas comme on le désire.

Becky Chambers a une superbe écriture, on se laisse emporter vers ses planètes inconnues, toutes différentes les unes des autres, certaines apaisantes et sereines, d’autres hurlantes et tourmentées pour les pauvres humains qui y atterrissent.

Les personnages sont très soudés, il le faut pour une mission qui dure plusieurs années, ils sont seuls à quatre, chacun passionné par son domaine de prédilection, l’entente règne entre eux et la passion de l’espace et de la découverte est leur principal moteur.
La narration se fait à travers Ariadne, ingénieure de vol à bord du Merian et missionnée par le GAO, programme d’étude écologique des exoplanètes. Elle écrit sous la forme d’un journal de bord, leurs expériences, leurs questionnements. La fin de ce journal posera une question essentielle que nous pourrions nous même nous poser.

Excellente découverte que cette courte histoire qui pose des questions essentielles sur le pourquoi, le comment de la recherche spatiale.


Rahan – le fils des âges farouches – Intégrale n°9 - 1984 (R. Lécureux et A. Chéret)

 



Rahan, premier des grands héros de l'humanité ! 



En rangeant ce week-end d’anciennes bandes-dessinées et revues , j’ai eu le plaisir de retrouver cette intégrale de 1984, la 9 ainsi que la 17.. Elles étaient là parmi d’autres bandes-dessinées bien protégées du temps. Ce fut une grosse surprise car après de multiples déménagements, elles ont échappés au carnage du grand vide… 

Dans cette intégrale, sous forme de fascicules on retrouve trois histoires, dont la première, capitale, l’enfance de Rahan, qui nous retrace sa découverte par Crao quand ses parents sont tués par des Goraks, puis l’éruption du Mont Bleu et la mort de son père adoptif Crao. Rahan se retrouve livré à lui même dans cette époque du Paléolithique et en plein Aurignacien… C’est ainsi qu’il découvre et fabrique de nouvelles armes comme des lances, des sagaies et bien sûr son coutelas d’ivoire.

La deuxième nous emmène sur « Les territoires des ombres » quand le culte des anciens lorsqu’il n’est pas vraiment compris peut occasionner quelques désagréments à ceux qui ne le connaissent pas.

Le troisième : « Le tueur de mammouths » nous raconte la rencontre de Rahan avec un clan qui a banni l’un des siens pour avoir tué un Deux-Dents (Mammouth) alors que l’hiver arrive et que la nourriture se fait rare. Mais voilà quand la douleur de la perte d’un être cher peut faire perdre toute raison, la vengeance est-elle l’apanage de chacun ???

Dernièrement j’avais lu Le mariage de Rahan en virtuel par ebook, cette fois ci, j’ai pris plaisir à redécouvrir sa jeunesse et sa découverte des autres tribus de « Ceux-qui-marchent-debout ».. J’ai surtout pu manipuler une ancienne bd toute en couleur, revenir sur les planches, m’y attarder, un bonheur !!!. Vive les livres papier.. ;-)))

jeudi 14 janvier 2021

L’ordre de Prométhée (F. Ropars.C)

 



De la violence des champs de bataille du Moyen Âge, aux fêtes somptueuses d’une élite Vénitienne membre d’une société secrète, jusqu’au château hanté d’Écosse et aux landes mystérieuses de Bretagne, le lecteur sera entraîné dans les aventures d’une héroïne à la forte personnalité retrouvant son amour perdu.

Ces amants romantiques, seront pris dans le flot de l’Histoire, des intrigues et des intérêts de sociétés secrètes se vouant une lutte sans merci depuis la nuit des temps.

De l’ésotérisme, des rebondissements, une alchimie des atmosphères se mêlant à la complexité psychologique des personnages et de l’intrigue, un soupçon d’humour, feront vivre au lecteur une incursion dans un univers fantastique et médiéval haletant.



Athénaïs jeune chargée de mission dans un cabinet d'architecture, est une jeune femme moderne, amatrice de moto et de sensations fortes. Sa vie ne la satisfait pas, elle sent qu'il lui manque quelques chose.
Au début du roman elle rejoint sa famille en Bretagne, terre du fin du monde dans le Finistère. Un accident de moto déclenche en elle un chamboulement et lui fait prendre une autre direction de vie.
Elle est de ce temps et d'autres, elle a eu des vies antérieures, mouvementées, brutales, guerrières. Elle a aimé passionnément un être qui lui aussi se retrouve à côté d'elle dans cette nouvelle vie. Tout les lie et l'amour est toujours là, invincible.
Mais voilà des forces obscures sont là, qui les observent et cherchent à les séparer. Qui l'emportera, quelles réminiscences, révélations vont se faire jour à Athénaïs ou Comtesse Isabeau : guerrière médiévale morte à la bataille de Bouvine pour défendre son pays.
Le bien, le mal, il faut un juste équilibre, mais certains voudraient bien le faire basculer vers les Ombres.
Athénaïs pourra compter sur ses amis, anciens et nouveaux pour aller de l'avant. Mathieu son grand amour, ses amis de coeur Diane et Pierre, sa grand-mère Victoire, prêtresse Cassandre la protègent, l'encouragent dans la recherche de son identité.
Livre à la fois roman (une intrigue amoureuse est toujours bienvenue ^-^), fantastique : le thème de la réincarnation, des vies antérieures, du combat du bien et du mal ; mythologique : Athénaïs : Athéna ? L'ordre de Prométhée, qui porte le nom du Titan Japet, qui défia Zeus en volant le feu pour protéger les hommes et qui fut punit pour son geste, cette ordre donc est là pour protéger aussi les hommes, accomplir des actions altruistes et protectrices de l'humanité. Mais comme l'on dit souvent tout n'est ni blanc ni noir. !!!
Petit livre fort sympathique. Je remercie son auteur F. Ropars.C de m'avoir convier à le lire. J'ai passé un moment agréable en compagnie des personnages. Il se lit facilement, tout est dynamique, une narration à la première personne, des chapitres courts, un vocabulaire recherché et des descriptions poétiques. Tout donne à effet d'en savoir plus.
Une histoire qui peut aussi bien plaire à un public young-adult qu'adulte ;-)
C'est le premier tome, attendons la suite des aventures d'Athénaïs qui apparemment n'a pas dit son dernier mot.

mardi 12 janvier 2021

Une enquête de Léandre Lafforgue, 3 Le crime de l’Odéon (Sylvain Larue)

 



Que le spectacle commence ! En ce mois de novembre 1851, alors que les plus sombres prévisions courent au sujet de la politique française vu qu'on ignore qui sera destiné à hériter de la charge présidentielle au cours de l'année suivante, Léandre Lafforgue, alias «Le Goupil», songe en vérité plus volontiers à sa carrière naissante de dramaturge qu'au devenir du pays. Mais sitôt le rideau de l'Odéon tombé sur la première représentation de sa pièce, un crime passionnel perpétré dans le théâtre met en suspens le futur de son œuvre. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, voilà que pour faire taire d'éventuelles rumeurs, le prince-président Bonaparte charge les deux dernières recrues de la Noble Cour de mener l'enquête... et ce à la place du Goupil ! Alors que se trame en secret un complot destiné à changer le cours de l'Histoire, de fausses pièces d'or apparaissent ça et là dans Paris, la police retrouve des corps dépouillés et abandonnés à l'ombre des murs d'enceinte de la ville ; si on rajoute à cela la présence d'une romancière susceptible de faire pour la première fois de son cœur un brasier, Léandre peut-il parvenir à voir clair dans ce capharnaüm sans s'y perdre tout à fait ?



Me voici à nouveau à la poursuite des aventures de Léandre Lafforgue, gascon de son état et membre de la Noble cour créée par Louis-Napoléon Bonaparte président de la République Française. Sorte de police secrète cette Noble cour, n’est composée pour l’instant que de quatre membres : Léandre alias le Goupil le chef, son ami le commissaire Charles Leterrier alias Rouënel que nous avions rencontré dans les deux autres tomes, le journaliste Louis-David Niel journaliste à La feuille de chou et Amelin cocher et ami de Niel.

Léandre a aussi des velléités de théâtre, il monte une pièce au Théâtre de l’Odéon et la première de la pièce est un succès. Malheureusement un crime est commis qui va mettre à mal tous ses projets. Le chef de l’État de plus le met à l’écart de l’enquête. C’est sans compter avec le caractère de Léandre qui ne tient pas en place. D’autres enquêtes sont aussi à mener : un trafic de fausses pièces d’or, des crimes crapuleux commis en plein Paris, et un coup d’État qui s’annonce. Bonaparte ne peut prétendre à un autre mandat et veut dissoudre l’Assemblée. Ses opposants sont à l’affût pour le déposer, le plus rapide gagnera. On connaît la suite..

Ce troisième tome est bien mené je trouve, il y a un juste équilibre entre enquêtes et faits historiques, le tout s’imbriquant à merveille.
En parallèle de cette série, je lis par petits peu une biographie de Napoléon III, et l’on voit que Sylvain Larue colle à la réalité de l’époque. Très beau travail de recherche, pertinent.
De plus au fil des pages, on découvre la vie quotidienne parisienne, les faits divers racontés dans les gazettes que lis à Léandre, le chef cuisinier Arnaud Davezac ami de Constant Lafforgue (oncle de Léandre) lors de petits déjeuners plantureux concoctés à l’Hostellerie du Vieil Armagnac : une revue de presse de Paris en quelque sorte.

Au fil des tomes des aventures de Léandre, je me prends au jeu de l’écriture et des bons mots des personnages. Leurs petites manies, leurs joies, leurs caractères sont très bien décris. Les personnages sont attachant d’autres moins. Où l’on fait aussi la connaissance d’une agréable compagnie pour Léandre, Phèdre auteure en herbe et qui n’a pas sa langue dans sa poche.
Le style de l’auteur est très agréable et on pourrait se croire à lire les feuilletons de l’époque publiés dans la presse. C’est dynamique, instructif, beaucoup d’informations historiques y sont relatées et à qui veut mieux connaître l’époque je le conseille.

Très belle découverte que cette série. Un quatrième tome m’attend : Les mécaniques du crime.. un vaste programme !!!

Mes avis sur les deux premiers tomes :

vendredi 8 janvier 2021

Rahan - Le fils des âges farouches, 1 Le mariage de Rahan (Roger Lécureux et André Chéret)


 

Ce mois-ci, mon challenge historique me dirige vers le thème de la Préhistoire.
Mes souvenirs se faisant, j’ai lu quelques Rahan dans ma tendre jeunesse, j’ai eu l’idée de m’y replonger.

Après quelques recherches (et oui quand on a une dizaine d’années on ne s’intéresse pas forcément à qui est qui et quoi – on lit l’histoire sans chercher plus loin.) je découvre que Rahan apparaît en mars 1969 dans le journal Pif, aux Éditions Vaillant. Il fait son petit bout de chemin et devient une des séries phares de l’hebdomadaire : plus de 180 épisodes suivent sous la plume de Roger Lécureux et le dessin d’André Chéret.

Rahan, Fils des âges farouches est le fils adoptif de Crao, chef du clan du Mont-Bleu qui a recueilli Rahan bébé, à la mort de ses parents. Il inculque à Rahan toutes ses valeurs morales et lui cède son collier de griffes au moment de sa mort lors de l’éruption volcanique qui décime le clan.
Rahan ayant donc perdu son clan, parcourt le monde à la recherche de l’endroit où se couche le soleil.

Le mariage de Rahan est sorti en 1999, pour les 30 ans de la BD, toujours sous la plume de Roger Lécureux et les dessins d’André Chéret et dans un volume de 60 pages aux Éditions Lécureux Production dirigées par le propre fils de l’auteur, JF Lécureux.

On retrouve Rahan, au début de ce tome, toujours dans sa quête du Soleil. Celle-ci va le mener de manière fracassante sur une île qui lui apparaît comme la tanière de l’astre solaire.. de nouvelles aventures, un nouveau clan, une femme pleine de ressource et d’envergure vont lui faire prendre conscience de l’inaccessibilité de sa quête, et surtout d’une nouvelle quête à accomplir.. Surprise …. il faudra le lire pour en savoir plus.

Je dois dire que le charme n’est plus au rendez-vous comme à l’époque ; normal mes yeux d’enfant découvraient la préhistoire, internet n’était pas là pour nous informer et je plongeais dedans avec plaisir car mon frère les lisait aussi ..

Je me rends compte à présent que la façon de présenter Rahan, à travers ses pérégrinations semble facile, les clans se succèdent et ont le même langage, l’approche des clans les montre déjà très structurés alors que j’imagine plus les clans comme des nomades et avec un langage des plus rudimentaire.

Je suis néanmoins contente d’être retourner au temps de la préhistoire avec notre grand blond aux yeux bleus et tous ses beaux sentiments bodybuildés. ;-)))

mercredi 6 janvier 2021

Netflix : La chronique des Bridgerton


À la naissance de son fils, le duc de Hastings jubilait. Hélas, l'enfant bégaie ! Affront insupportable pour le duc, qui l'a renié sans pitié. Le jeune Simon a grandi, solitaire et assoiffé de revanche. Après de brillantes études, il a bourlingué de par le monde jusqu'à la mort de son père, et c'est désormais porteur d'un titre prestigieux qu'il rentre en Angleterre. Il est aussitôt assailli par une horde de mères prêtes à tout pour marier leurs filles. Mais Simon ne s'intéresse pas aux débutantes. Sauf peut-être à Daphné Bridgerton, qu'il a rencontrée dans des circonstances cocasses. Comme Simon, elle voudrait juste qu'on la laisse en paix. Une idée machiavélique naît alors dans l'esprit du jeune duc...



Une série dont je guettais la venue sur Netflix dès sa première annonce. Tirée de la saga du même nom écrite par Julia Quinn, qui comporte 9 livres et que j'ai beaucoup aimé lire pour son impertinence, ses personnages et surtout ses personnages impertinents 😉

J'en ressors déçue. Je n'ai pas retrouvé cette impertinence qui caractérise les personnages des romans et qui m'avait beaucoup plu. 

J'ai d'autre part été surprise par les personnages clés de la noblesse joués par des personnes de couleur alors que la société des débuts du 19ème siècle était fondamentalement "blanche". 

Une série avec des personnages fadasses à qui il manque ce petit quelque chose très bien instillé dans les romans. 

Dans la famille Bridgerton, les personnages sont creux, sans relief. La mère sort du lot dans les romans et est un personnage intéressant alors que dans la série, elle est effacée, quasi inexistante. 

La narratrice, la mystérieuse Lady Whistledown n'est pas assez incisive dans la série. Dans les romans, elle égratigne nettement plus la "bonne société" et amène ce côté piquant. 

Une société du début du 19ème siècle très politiquement correcte et qui correspond aux quotas des minorités de nos jours mais pas du tout réaliste pour une série historique. 

Par contre, le Duc de Hastings est terriblement sexy. 

Cliché et superficiel, la série manque de cette petite étincelle qui rend les romans addictifs. 

A retenir : le Duc de Hastings (en la personne de Simon Basset) qui est muy caliente 🔥 

A conseiller : pour se distraire sans réfléchir, tout en jouant à Candy Crush. Lisez les romans pour avoir beaucoup plus de plaisir !




mardi 5 janvier 2021

MotherCloud (Rob Hart)


Ex-petit patron désormais ruiné, Paxton n’aurait jamais pensé devoir intégrer une unité MotherCloud, cette superstructure de l’e-commerce qui a dévoré la moitié de l’économie mondiale. Pourtant, dans une société n’ayant plus rien à offrir, comment peut refuser un job qui propose non seulement un salaire, mais aussi un toit et à manger ?

La jeune Zinnia non plus n’aurait jamais pensé rejoindre MotherCloud, mais sa mission est tout autre : une révolution est en marche dont elle est le bras armé. Devenir salariée n’est qu’un premier pas pour infiltrer le système, en percer les secrets. Le détruire.

Dans cet univers où tout est calculé, paramétré, surveillé, où l’humain disparaît au profit de la rentabilité, où l’individu n’est qu’un algorithme, Zinnia et Paxton réalisent bientôt qu’il est impossible de dévier. À moins d’être prêt à se sacrifier ?

Car derrière sa façade d’entreprise idéale, MotherCloud est une machine à broyer, impitoyable à l’égard de ceux qui oseraient se rebeller.


Un thriller dystopique qui flirte énormément avec la réalité de certaines de nos grandes entreprises, des grands magnats de la distribution en ligne ou de la fastfooderie. 

Très prenant et addictif, lu en une nuit. 

Des personnages intéressants, aux motivations diverses.

Une mercenaire payée pour oeuvrer de l'intérieur, un patron ruiné qui à force, adhère à cette grosse machine qu'est MotherCloud, est formaté. On comprend leur cheminement et leurs motivations, dans ce monde dévasté. 

Ce concept MotherCloud est bien pensé : tout est facile, organisé de manière rationnelle, avec des sortes de castes selon les fonctions que chacun occupe, une montre connectée qui sert de paiement, d'accès à toutes sortes de choses (compte bancaire, etc.) mais qui donne des ordres et annihile tout volonté propre. 
Ce roman a un petit air de ma BD préférée, à savoir S.O.S. Bonheur de Jean Van Hamme et Griffo. 

Un livre que j'ai beaucoup aimé, même si je suis restée sur ma faim (bon c'était sans compter l'épisode de la fabrication du CloudBurger qui m'a encore plus conforté dans ma conviction de ne pas fréquenter de chaine de fast-food 😉). 

A conseiller ? oui. Un roman qui amène une réflexion sur notre société. 




dimanche 3 janvier 2021

Bilan livresque 2020

 Une année qui se termine. Il est l'heure du bilan.

Bilan livresque 2020
Nombre de livre lus : 86 livres
Nombre de pages lus 27335p
Coups de cœurs : 13
1 seul abandon

*Et demain,tout ira bien de Marie Lerouge (338p)💜💜💜💜
*Sa majesté les chats de Bernard Werber (464p)💜💜💜
*Les blessures du passé de Natacha Calestrémé (352p)💗💗💗💗💗
* Le voile des apparences de Natacha Calestrémé (336p)💜💜💜💜
*L'ivresse des libellules de Laure Manel (289p)💜💜💜💜
*la méthode hepato detox du Dr Reginald Allouche (200p)
*Taran, l'île du sang de Gwen Le Tallec (212p)💜💜💜
*Broken de Jane Devreaux (262p)💜💜💜💜
*tout a commencé à cause d'un chat de Lorelei L. Lamy (231p) 💜💜💜💜
* Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra (456p) 💜💜💜
* Le why café de John P Strelecky (154p) 💜💜
* Le café des petits miracles" de Nicolas Barreau (295p) 💜💜💜
* Le bonheur n'est pas là où tu l'attends" de Noėlie Jausen (157p) 💜💜💜💜
* Pour un instant d'éternité " de Gilles Legardinier (480p/576p)
* Pour un instant d'éternité " de Gilles Legardinier (96p --> Fin) 💜💜💜💜
* Coeur de sorcière, 1 le pouvôir convoité " de Laetitia Militello(136p) 💜💜💜
* Bonnes intentions " d'Emma Quinn (138p) 💜💜💜💜
* Briser son coeur" d'Emma Quinn (194p) 💜💜💜💜
* Ce qui fait battre nos coeurs" de Florence Hinckel (448p) 💜💜💜💜
* Dangerous" de Kendall J Morrison (218p) 💜💜💜💜
* Le blog ou la vie" de Sophie De Villlenoisy (251p) 💜💜💜💜
* Des bleus au corps de Clara Richter (416p)💜💜💜💜
*Des bleus au coeur de Clara Richter (288p) 💜💜💜💜
*Demain le jour se lévera de Georgina Tuna Sorin (215p)💜💜💜💜
*A la lueur de nos pas accordés de Georgina Tuna Sorin (272p)💜💜💜💜
*Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel (552p)💗💗💗💗💗
*Ecoutez-moi de Lou Ledrut (169p)💜💜💜💜
*Le jour de nos adieux de Jeff Zentner (370p)💜💜💜💜
*Un jour mon prince père viendra de Frederique Hoy (241p)💜💜💜
*Moi, mon chat, mes kilos en trop (et mes exploits sexuels de mon voisin) de Louisa Méonis (75p)💜💜💜💜
*No Home de Yaa Gyasi (399p)💜💜💜💜
*La meringue de Cupidon, T1 de CK Orday (150p) 💜💜💜
*C'était un accident de Isabelle Laguarrigue (193p) 💜💜💜💜
*C'est une autre histoire de Isabelle Laguarrigue (255p) 💜💜💜💜
*Cupidon est un enfoiré de Sonia Buckley (251p)💜💜💜💜
*Juste une seconde de Sylvie Grignon (156p) 💜💜💜💜
*Pour rallumer les étoiles de Dominique Demers (379p)💜💜💜💜
*Pour recommencer à vivre de Devney Perry (400p) 💜💜💜💜
*Nos résiliences d' Agnès Martin-Lugand (332p) 💜💜💜💜
*La meringue de Cupidon, T2 de Cecilia City (141p) 💜💜💜💜
*Mon ex., sa copine, son faux mec et moi de Juliette Bonté (335p) 💜💜💜💜
*Deux fleurs en hiver de Delphine Pessin (192p) 💗💗💗💗💗
*La vie a plus d'imagination que nous, T2 La vie est belle de Clarisse Sabard (302p)💜💜💜💜
*Ma vie est un roman de Guillaume Musso (269p)💜
*A l'encre de tes veines de Cindy Mazzoleni (164p)💜💜
*La fille sous cellophane de Marie Leymarie (128p)💜💜
*Les sept soeurs, Tome 6 La soeur du soleil de Lucinda Riley (784p) 💗💗💗💗💗
*Le sourire des fées de Laure Manel (348p) 💗💗💗💗💗
*Et que ne durent que les moments doux de Virginie Grimaldi (348p) 💜💜💜💜
*Repose en paix... mais pas tout de suite de Aurore Chatras (264p) 💜💜💜
*Et ton coeur qui Bats de Carène Ponte (348p)💜💜💜💜
*Les fleurs de l'Orient de Barbara Wood (539p) 💜💜💜💜
*Ombre et Mystère, T1 Envoûtée de Jennifer L. Armentrout (448p)💜💜💜
*Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin (240p)💜💜💜
*A fleur de peau T1 de Martine Latulippe (94p) 💜💜💜💜
*A fleur de peau, 2 de Martine Latulippe (93p) 💜💜💜💜
*Séléné de Barbara Wood (480p) 💜💜💜💜
*Ciao Bella de Serena Giuliano (235p) 💗💗💗💗💗
*La commode aux tiroirs de couleurs de Olivia Ruiz (208p) 💜💜💜
*La disparue de Birmanie de Dinah Jefferies (416p)💜💜💜💜
*Tilly, un amour de chat de Célia Haddon (256p)💜💜💜
*Les petites merveilles de Lena Wzlker (286p) ,💗💗💗💗💗
*Et demain, l'éternité de Virginie Sarah Lou (113/342p) 💜
*Un jour, j'ai changé de parfum de Lena Walker (272p) 💗💗💗💗💗
*Whisper café d'Alice Reed (162p) 💜💜💜💜
*L'ïle aux milles couleurs de Tamara McKinley (414p) 💗💗💗💗💗
*Quand je reviendrai de Bruno Wallet (212p) 💜💜
*Mamma Maria de Serena Giuliano (240p) 💗💗💗💗💗
*T'as qu'à maigrir de Mo Gadaar (451p)💜💜💜💜
*T'as qu'à maigrir, 2 de Mo Gadaar (515p) 💜💜💜
*Ce sera moi de Lee Lyla (342p)💜💜💜💜
*Les 7 vies de Sara de Johanne Longtin (299p) 💜💜💜💜
*Saraya, 1 de Marylise (404p) 💜💜💜💜
*Surface d'Olivier Norek (400p) 💗💗💗💗💗
*Les orages de l'été de Tamara McKinley (415p)💜💜💜💜
*Impact de Olivier Norek (348p)💜💜💜💜
*C'est arrivé la ,nuit de Marc Levy (342p) 💜💜💜💜
*L'île de la Mangrove rouge de Sarah Lark (484p) 💗💗💗💗💗
*L'héritière de Jacaranda de Tamara McKinley (302p) 💜💜💜💜
*Une chance sur un milliard de Gilles Legardinier (432p)💜💜💜💜
*Au soleil redouté de Michel Bussi (432p)💜💜💜💜
*Te retrouver de Keren David (360p)💜💜💜
*Les frangines de Adèle Bréau (350p)💜💜💜💜
*Le crépuscule et l'aube de Ken Follett (851p)💗💗💗💗💗

vendredi 1 janvier 2021

lu en 2020 Mariejo

 LIVRES LUS EN 2020 

Thriller/Policiers : 

Berlanda, Thierry - L'affaire Creutzwald (334 pages)
Berlanda, Thierry - Déviation Nord (318 pages)
Duhamel, Cindy - Enquête dans le pétrin 
Fitzek, Sebastian - Siège 7A (384 pages)
Giebel, Karine – Chiens de sang (253 pages)

Patterson, James - Instinct (352 pages) 

Historique : 

Balogh, Mary - Le club des survivants
- T1 - Une demande en mariage
- T2 - Un mariage surprise (334 pages)
Dabos, Christelle - La passe-Miroir - T4 - La tempête des échos (576 pages)

Feist, Raymond - La trilogie de l'Empire
- Tome 1 - La fille de l'empire (662 pages) 
- Tome 2 - Pair de l'Empire (1024 pages)
- Tome 3 - Maîtresse de l'Empire (1094 pages)
Science-Fiction et Steampunk : 

Alteirac, Joseph - Alfred E. Van Vogt - Parcours d'une œuvre (176 pages)

Le Guin, Ursula K. - Bifrost 78 - 1985

Chalandon, Sorj - Une joie féroce
Pessin, Delphine - Deux fleurs en hiver 

Littérature étrangère 

Ferry, Luc - La sagesse des mythes - La naissance des dieux 
Goscinny, Uderzo - Le Tour de Gaule d'Astérix (48 pages) 
Hautière, Régis - La guerre des Lulus (6/8 tomes lus)
Lyfoung, Patricia - La rose écarlate (6/16 tomes lus) (historique)

Grands classiques : 

mardi 29 décembre 2020

Mercy Thompson, 7 La morsure du givre (Patricia Briggs)

 


Pour Mercy Thompson, mariée depuis peu à Adam Hauptman, charismatique Alpha de la meute locale, Thanksgiving aurait dû être une fête paisible en famille. Elle était loin d’imaginer que faire du shopping avec sa belle-fille Jesse risquait de virer au cauchemar. Et pourtant, lorsqu’elle ne parvient pas à joindre Adam par téléphone, ni aucun membre de la meute, la jeune femme sait que tous ceux qu’elle aime courent un grave danger. Aidée par des alliés improbables, Mercy va devoir une fois de plus voler au secours des siens.



J’ai démarré la série de Mercy Thompson il y quelques années, j’aime bien la petite coyote Mercy qui se met dans des situations pas possible. J’en lis un de temps en temps et je me remets facilement dans le contexte, c’est ce qui est agréable avec ce genre de livre. Pas de prise de tête, de l’action et de l’humour. Je reprends donc ses aventures avec ce tome 7. Mercy vient de se marier avec Adam, chef de la meute locale de loups-garous. Deux têtes de mules toujours à se chamailler mais toujours là l’un pour l’autre.

Le livre commence en plein Black Friday, vous savez ce qui est arrivé en France il y a quelques années et qui nous fait soi-disant faire des économies en dépensant à outrance. Et bien Mercy, elle est comme moi elle a ça en horreur, la foule des magasins en général… Jesse, la fille d’Adam veut à tout prix faire des affaires et Mercy y va tellement à reculons, qu’elle embouti sa chère petite Golf. Mais s’il n’y avait que ça. La meute entière a été enlevée par de soi-disant agents gouvernementaux.

C’est un tome qui nous montre comment fonctionne les liens de la meute, les liens du couple Mercy/Adam, les manipulations des uns et des autres. Les Faes, les vampires et les loups-garous. Mercy découvre aussi certains de ses pouvoirs. Elle est toujours prête à l’action et on ne touche pas à son Adam et à sa meute.
La chasse commence. Qui gagnera ?

Un bon moment à suivre les aventures de la petite bande, Mercy, Adam, Tad, Kyle, Warren, Asis héros dans Alpha et Omega une autre série de Patricia Briggs et qui fait une incursion dans le monde de Mercy. Ainsi qu’avec tous les membres de la meute de Tri-cities.
Je remettrai cela très bientôt avec le tome 8 « La faille de la nuit ».